About minimalism

I am bit worried about this new minimalist fashion thingy. I'm in for organizing , but the whole "I own only a hundred grey things" idea feels a bit like self inflicting pain. I love having 20 different cups and 20 different teas, 50 sorts of painting materials, all my sketchbooks since 2003 and my kokeshi collection. I find a nice, happy balance in that. I came in California with only one suitcase and no, I didn't embrace living in an empty space. I hated it! First thing I did was building a big colorful origami mobile,  buy a chair with tons of pretty cushions and 2 stones* of good books to read in the chair. And I kept them as long as possible. I don't like unnecessary waste.

But most of all, I am at war against GREY. I like grey as a color, especially with a touch of pink or worn with bright yellow. But full gray in deco I find depressing, in a pathological way.

I understand it comes form a desire to be in control, to react against consumer society, and sometimes from an aspiration to spirituality. I understand, but also think that it's not the best and happier answer to that kind of feelings. 

Anyway. How about some tea and a good book? 

Le nouveau grand truc en déco, c'est la mode minimaliste. Genre, je vide tout, je garde juste le nécessaire, et de préférence gris. Je trouve que oui, bon, je comprends, c'est une réaction contre la société de consommation, je suis en contrôle de ma vie tout ca. Youkaidi, vivons tous dans une cellule cistercienne.

Et je dis non, non non non non ( tout ca ne vaut pas un clair de lune à Maubeuge)...Comprenez, je suis arrivée ici avec juste une valise, et non, même si un appart vide c'est plus facile à nettoyer, c'est déprimant.

Et pas de couleur, c'est pas bon pour le moral. C'est comme pas de musique, ou pas de chocolat. C'est une robe de bure pour l'esprit, genre. Quant à  être en contrôle parce qu'on se sent dépassé, oui je comprends, mais je trouve qu'étudier le monde  qui m'entoure m'aide à mieux comprendre et à mieux agir ( ça fait plus de livres dans ma bibliothèque, pas moins)
Donc oui,  je trouve le minimalisme bizarre, à la limite du pathologique. Oh je ne suggère pas que vous vous mettiez , comme moi, à mettre de la couleur partout parce que c'est fun, mais bon, l'excès dans l'autre sens, c'est pas bon non plus. 

 

Faites dans le joli. Le joli c'est bien.

 

*12,7 kilos